10 choses à faire quand la dépression ou un gros coup de blues nous cloue à la maison


Emotions / samedi, mars 17th, 2018

Moral dans les chaussettes ?

Quand on a un gros coup de blues pouvant aller jusqu’à la dépression et nous clouer à la maison sans pouvoir sortir par manque total d’énergie, on a tendance à broyer du noir et à s’enfoncer dans une léthargie qui nous plombe encore un peu plus le moral.

On ne va pas se cacher, certains épisodes de gestion de stress ou d’angoisses sont vraiment difficiles à gérer. J’ai bien connu ça, la dépression, et si tu t’attends à ce que je te fasse une belle morale pleine de conseils du type « allez, prends sur toi » ou encore « va faire un tour, tu verras ça fait du bien », et bah non, loupé !

Interdiction de sortir

Oui tu as bien lu. Privée de sortie ! Ah ah !

Avant, quand j’étais en dépression ou que j’avais des gros coups de blues, au point de devoir me mettre en arrêt maladie, avec chute de tension et tout le tremblement qui va bien, je passais mes journées à pleurer et me lamenter, dans le noir, sans manger. Un peu comme « Princesse Sarah » tu sais, dans le dessin animé de notre enfance, toute seule dans sa mansarde sans chauffage avec une souris pour seule amie.

Depuis quelques années, j’ai décidé de faire autrement. Il m’arrive encore parfois de passer des journées vraiment basses niveau énergie. Je n’ai plus de dépression à proprement parler, mais les coups de blues et mes angoisses reviennent en général un peu toutes en même temps, groupées, et me mènent la vie dure.

J’ai développé une stratégie pour affronter ces journées de m**** , et elle consiste donc à me priver de sortie. Parce que tant qu’à être bloquée à la maison, autant que ce soit de mon fait, et en m’interdisant de mettre le nez dehors, ce n’est plus le coup de blues ou la dépression qui me cloue sur place, c’est moi, qui décide, en tout état de cause qu’aujourd’hui je ne sortirai pas de chez moi, parce que j’ai pas envie.

Et ce n’est pas grave ! Il y a des tas de choses que tu peux faire à la maison pendant cette traversée du désert émotionnel. On y va ? Voici 10 choses à faire les jours de coup de blues ou de dépression !

  1. Se faire belle

La salle de bain est ta salle de jeux. La tête ne va pas bien d’accord, mais le corps, lui, n’a rien demandé ! Alors puisque la tête boude avec son coup de blues ou sa dépression, occupe-toi de ton corps : douche (pas de bain, c’est la porte ouverte à la séance d’idées noires), gommages corps et visage, masque (tu as bien un échantillon qui traîne, on en a toutes), épilation, crèmes et huiles, shampoing, coiffure (tu peux chercher une idée de coiffure sur internet pour tester quelque chose de nouveau), manucure, pédicure.

Le truc bien ? Tu peux rester en peignoir toute la journée, c’est pour la bonne cause.

  1. Faire les fonds de placards

Puisque tu n’as pas le droit de sortir, il va falloir que tu sois imaginative si les placards de la cuisine sont vides. Le secret ? Les gâteaux. Parce qu’Internet regorge de recettes sans sucre, sans œufs ou sans farine qui peuvent quand même te permettre de faire quelque chose. Les fameux gâteaux minute à faire au micro-onde sont, de mon point de vue, parfaitement infâmes, mais ça marche ! Les crêpes, les pan cakes, les bananes au chocolat, la glace bien sûr un grand classique.

Le truc bien ? Tu peux manger n’importe quoi et laisser la vaisselle en plan. On s’en tape. Sinon tu peux tricher et commander un plat à livrer, mais c’est moins marrant.

  1. Déranger

Je pourrais te dire d’en profiter pour faire un peu de rangement, ce serait constructif. Mais non. Au contraire. Je vais te demander de bien tout déranger. Vide les étagères, les tiroirs, la bibliothèque, le bureau et pose tout bien par terre partout, que tu ne puisses pas mettre un pied l’un devant l’autre. Attention, pas question de casser quoi que ce soit. Non, juste de vider les meubles. Tu vas retrouver des choses que tu ne soupçonnes même pas d’être encore là. Des fringues que tu ne mets plus depuis bien longtemps parce qu’elles sont planquées, des babioles qui ne servent à rien mais qui te rappelleront des souvenirs. C’est un bilan pratique de ta vie. Evidemment, si tu as un sac poubelle sous la main pour trier un peu, c’est tout aussi bien, mais pas obligatoire. Au moment de ranger, inverse les objets : les vêtements oubliés devant, les livres poussiéreux en évidence et la décoration des étagères avec des babioles retrouvées.

Le truc bien ? Un nouvel environnement, de nouvelles perspectives et un petit coup de coude à ton coup de blues ou à ta dépression pour lui dire: « Eh, t’as vu? Tu ne me fais pas peur ma vieille. »

  1. Déménager dans le salon

Qui dit coup de blues ou dépression, dit envie de rester au lit toute la journée. Autant je ne suis pas spécialement contre s’enrouler dans la couette devant la télé (mais plutôt pour regarder une comédie ou un dessin animé, oublie le film dramatique ou le documentaire émotionnel, non, fait simple et régressif, c’est mieux), autant je ne suis pas pour rester dans la chambre. Je te conseille de déménager dans le salon sur le canapé avec ta couette, ton oreiller, tes peluches, ton PC, ta tablette, ton téléphone, ton carnet, tes crayons, ta musique, bref, tout ce qu’il te faut. Le salon est la pièce de vie principale. S’y nicher quand on a un coup de blues permet quand même de garder un équilibre jour et nuit, et de ne pas polluer ta chambre avec tes idées noires.

Le truc bien ? Tu peux te fabriquer une cabane avec les coussins.

  1. Etre créative

C’est souvent dans les coups de blues ou dans les grands moment de dépression qu’on trouve l’inspiration profonde, celle qui vient des tripes, du plus profond de toi. Profite de cet état pour le sublimer et devenir créative autour de lui : découpage et collage de brochures ou de magasines pour représenter ce que tu ressens, tes peurs, tes angoisses, mais aussi dessin, origami, et bien sûr écriture. Donner une forme à tes démons te permettra de savoir à quoi tu as affaire. Tu peux aussi opter pour une activité créative qui te changera les idées, comme le tricot, la couture, le point de croix ou la peinture aux numéros.

Le truc bien ? Tu peux prendre de l’avance sur les cadeaux de Noël en tricotant des écharpes.

  1. Faire faire le ménage

Ce n’est pas une faute de frappe. J’ai bien dit faire faire le ménage. On ne va pas se mentir, quand on passe par les périodes coup de blues et de dépression, c’est vite Bagdad à la maison, et on n’a pas envie de ranger. Qu’à cela ne tienne. Il existe des tas d’agences de nettoyage à domicile qui peuvent t’aider. Il te suffit de chercher sur Internet et en trois clics tu trouveras de l’aide. Alors anticipe la sortie de crise et offre-toi ce petit cadeau confortable.

Le truc bien ? Ai-je vraiment besoin d’argumenter… ?

  1. Jeux vidéo

Même si ce n’est pas ton truc, essaye. Sur PC il existe des milliers de jeux sur navigateur, sur tablette et smartphone aussi. Si tu veux pousser l’expérience un peu plus loin, tu peux essayer des jeux plus poussés comme les Sims ou les aventures en tous genres. Aujourd’hui, on n’a plus besoin de se déplacer dans un magasin pour obtenir un jeu. Même sur les consoles, on peut les acheter directement depuis la maison et les télécharger. Je suis moi-même une gameuse qui s’assume (et qui sait se contrôler), alors si tu veux des conseils, on peut en parler !

Le truc bien ? Tu peux devenir une fée pour quelques heures si tu veux.

  1. Réseaux sociaux

Alors oui, mais pas n’importe comment. Interdiction d’aller dans les groupes Facebook sur la dépression ou la mélancolie par exemple. Inutile. Nul. Zéro. Si tu veux traîner sur Facebook, va voir des groupes sur le Bonheur ou sur une activité ludique qui t’intéresse plutôt. Le scrapbooking, la peinture, la musique, bref, tout ce que tu veux sauf de la nourriture pour coup de blues et dépression. Je te conseille vivement Anthony Robins si tu veux voir des vidéos inspirantes, le site Ted aussi, une vraie mine d’or d’inspiration et de motivation. Anthony Robbins a aussi un film disponible sur Netflix qui s’appelle « Je ne suis pas votre Gourou ».

Le truc bien ? Qui dit réseau social, dit gens, et certaines personnes peuvent devenir des trésors d’inspiration.

  1. Faire les courses

Ou du shopping ça marche aussi. Tu peux faire tes courses et te faire livrer à peu près tout et n’importe quoi aujourd’hui, alors profites-en ! Pas envie d’aller pousser un caddie pour remplir le frigo ? Ce n’est pas un problème ! De toute façon tu es privée de sortie! Toutes les grandes surfaces font de la livraison à domicile et ce n’est pas si cher qu’on croit. Si ton budget te le permet, tu peux aussi te gâter un peu avec un petit cadeau. Pourquoi pas un bouquet de fleurs, un nouveau tableau à accrocher au mur, un nouveau tapis, une lampe, des bougies, des coussins, un livre, une fringue, un sac, bref…Ce qui te fait envie.

Le truc bien ? Un peu de douceur pour toi pour atténuer le coup de blues ou la dépression, tu le mérites bien. Et on se fou de savoir que c’est de la compensation.

  1. Bouger les meubles

Pour chasser le coup de blues ou la dépression, change ton environnement. Pour cela, bouger les meubles de place est un formidable moyen de créer un nouvel espace dans lequel ton coup de blues ou ta dépression vont perdre leurs repères, et où toi tu pourras en prendre de nouveaux. N’oublie pas de penser à aménager un petit Coin de Bonheur rien qu’à toi où tu pourras aller te blottir au besoin.

Le truc bien ? Economique et radical.

Image d’illustration Designed by Freepik

Faites circuler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.