7 idées couillues pour arrêter avec la fatigue


Emotions / jeudi, mai 31st, 2018

La fatigue aura ta peau

Et oui. Si tu ne fais pas attention à toi, la fatigue pourrait bien finir par t’épuiser totalement. Alors on arrête les conneries, et on reprend ses responsabilités envers soi-même.

7 idées couillues pour arrêter avec la fatigue

Parce que des fois il faut prendre le taureau par les cornes, ouvrir les yeux et s’éveiller, voici 7 idées pour donner le top départ à ta mission anti fatigue.

Se faire porter pâle

Réveil difficile? Boule au ventre rien qu’à l’idée de sortir de ton lit? Décroche ton téléphone, appelle ta boîte et dis leur qu’aujourd’hui, tu ne viendras pas. Point barre. Ça ira peut-être mieux demain, sinon tu iras chez le médecin. Raccroche et rendors-toi, sans réveil, jusqu’à te réveiller au moment ou ton corps aura repris des forces.

Est-ce que le monde va s’arrêter de tourner? Non. Est-ce que ta boîte va fermer parce que tu n’es pas là une journée? Non. Est-ce que tu as beaucoup trop de responsabilités pour pouvoir laisser les gens se débrouiller sans toi? Alors là, il est peut-être temps de revoir ta façon de travailler, parce que si tu es seule responsable des dossiers hyper importants et que tu peux mettre en péril ton entreprise en une journée d’absence, il y a un vrai problème d’organisation.

Mais pour le moment, ce n’est pas le sujet. Il sera temps de voir ça demain. Aujourd’hui, ta fatigue est ta priorité.

Se faire un restau et un ciné toute seule

Parce que des fois ça fait du bien de couper de tout et de tout le monde. Va t’acheter un petit magazine, choisi un bon restau où tu te sentiras bien, mange un truc qui te fera plaisir et fais toi une toile en sortant: seule.

La solitude peut-être une vraie alliée si tu t’en fais une copine: deviens ta meilleure amie, prends plaisir à passer du temps avec toi-même, à laisser aller tes idées, à faire des choses que tu aimes.

Prends ta soirée: pas de chéri-e, pas d’enfant, pas de téléphone. Juste toi et ta fatigue qui avez besoin d’aller vous aérer.

Demander une rupture conventionnelle

Quand on a atteint le point de non retour, on sait au plus profond de nous qu’on ne pourra pas continuer comme ça bien longtemps. On peut parfois repousser l’échéance par peur du lendemain et pour des questions matérielles (importantes, cela va sans dire), moi j’ai mis 4 ans (c’est trop long).

Toutefois, quand la fatigue se transforme en angoisse et que l’angoisse se met à muter en douleurs physiques, il est temps de changer d’air.

Et ce n’est pas grave. C’est même un cycle normal, en fait.

Nous ne vivons plus à une époque où l’on peut entrer dans une boîte à la sortie de l’école et en sortir à la retraite. Il y a plein de choses à voir là dehors, qui pourraient te donner d’autres perspectives, d’autres opportunités, d’autres visions de la vie et du travail, d’autres organisations, rencontrer d’autres gens aussi.

Si c’est la fin d’un cycle, accepte-le. Le chemin est moins compliqué et douloureux quand on tourne les voiles de son bateau pour prendre le vent plutôt que d’essayer coûte que coûte de garder le cap vers une direction qui nous mène tout droit à notre perdition.

Ne plus rien faire à la maison (mais prévenir)

Il ne s’agit pas de tout laisser tomber du jour au lendemain sans prévenir personne. A part t’attirer les foudres de la personne qui partage ta vie et culpabiliser (donc ajouter de la fatigue) de ne pas t’occuper de tes enfants, cela ne donnera rien.

Par contre, tu peux gentiment signifier à tout le monde, le soir à table par exemple, que cette semaine maman est en vacances, parce qu’elle est fatiguée.

Elle ne fera pas la lessive ni la vaisselle ni le ménage, voir avec papa s’il veut bien? Elle ne fera pas non plus à manger, voir aussi avec papa, mais s’il n’a pas envie ce n’est pas grave, on va remplir le frigo avec plein de trucs à manger sur le pouce sans avoir besoin de préparer.

Maman ne passera plus non plus derrière tout le monde pour savoir si tout est en place et si tout a été fait: elle répète depuis suffisamment longtemps ce qui doit être fait, il est temps que tout le monde prenne ses responsabilités.

Elle sera évidemment toujours là en cas de coup dur, mais elle encourage tout le monde à se prendre en charge car elle a besoin de repos.

Sans crier, sans s’énerver, juste calmement, mais fermement.

Éteindre son téléphone (ou débrancher celui du bureau)

Ça c’est une technique imparable. Si ta fatigue est directement liée au nombre incalculable d’appels téléphoniques dans ta journée, qui coupent ce que tu es en train de faire pour t’en ajouter un peu plus sur le dos, le téléphone va (doit) prendre cher.

Il y a un câble derrière les téléphones de bureau…En le débranchant en toute décontraction, tu t’accorderas quelques heures de paix. N’oublie pas de fermer la porte de ton bureau on mettant une petite pancarte « occupée » avec un smiley à l’extérieur. Si tu es en open space, mets la pancarte sur ta chaise, des écouteurs et de la musique dans tes oreilles: construits ton petit cocon.

Coupe aussi le portable. Il y a des petits malins très irrespectueux qui pensent que de toute façon ce qu’ils ont à te dire ou te donner à faire est forcément plus urgent que ce que tu es en train de faire. Sauf que cela fonctionne probablement avec leurs enfants, mais toi c’est bon, tu n’as pas besoin d’être maternée. Tu peux parfaitement décider de ce qui est urgent là tout de suite, de te concentrer sur un dossier en particulier, sans que Pierre, Paul ou Jacques ne prenne cette décision pour toi.

Et là, la priorité, c’est qu’ils arrête de te surcharger, c’est de contrôler le niveau de fatigue.

Se mettre en arrêt maladie

Et oui. Parce que je sais bien que ce n’est pas bien vue dans les entreprises de se mettre en arrêt maladie parce qu’on est en crise de fatigue, mais c’est une raison valable.

Il n’y a pas de honte à avoir en fait. Ton état de fatigue n’est que le reflet d’une organisation de travail, de vie ou générale qui ne te convient pas, qui ne convient ni à ton corps, ni à ta tête. Et pour pouvoir mettre les choses à plat avec toi-même, évaluer la situation et trouver une autre organisation, il te faut du temps et du repos.

Pas juste une journée de congé passée à faire le ménage car sinon « on ne sert à rien », ou à prendre des rendez-vous pour le reste de la famille pour « être utile ». Non. Un temps de repos de plusieurs jours pour t’occuper de Toi, et Toi seule.

Parce qu’on n’est pas là pour « servir » à quelque chose ou pour être « utile » en fait. Nous ne sommes pas des outils ou des objets: nous sommes des êtres vivants, qui avons besoin de sens dans nos vies et de respect.

Laisser les enfants faire leur vie

Le salon est devenu une salle de jeu géante? Tout traîne partout et il va (encore) falloir tout ranger en grognant? Courir après les enfants pour leur expliquer (encore) qu’il faut que tout soit en ordre (encore) parce que le rangement est important…Sauf que ce n’est pas dans la nature des enfants de tout mettre à sa place.

Les enfants apprennent du désordre car ils peuvent découvrir des interactions entre les objets, faire des expériences et laisser aller leur imagination.

Alors lâche ce jouet, pose le par terre, et regarde tes enfants s’en donner à cœur joie dans leur monde imaginaire…C’est peut-être eux qui ont des choses à t’apprendre…

Image d’illustration designed by Freepik

Faites circuler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.