Mode d’emploi pour faire de ta vie un enfer: les 10 principes essentiels à maîtriser


Méthodes / samedi, avril 14th, 2018

Créer son enfer: un passe temps d’experte

Nous sommes toutes des expertes quand il s’agit de faire de notre vie un enfer. A tel point qu’il est beaucoup plus facile de déterminer avec précision ce qu’il faut faire pour être malheureuse que le contraire. Les idées pour nous pousser encore plus au fond du gouffre ne manquent pas, elles coulent de source et en plus…Elles sont bonnes! Ce sont de vraies bonnes idées absolument parfaites pour atteindre notre objectif: encore plus mal, encore plus loin, encore plus fort.

Pendant longtemps, je me suis spécialisée dans cet art. J’étais devenue une vraie experte en la matière. S’il existait un cursus et un diplôme pour apprendre à aller mal, je l’aurais décroché avec mention. Mais comme je n’aime pas garder mon savoir pour moi-même et que je pense que tout le monde peut apprendre ce qu’il veut avec un peu d’entraînement, je me fais une joie de partager avec toi aujourd’hui les 10 choses que je referai sans hésiter pour faire de ma vie un enfer.

Je t’invite à prendre des notes et à appliquer à la lettre ces 10 principes si tu veux rejoindre l’élite des gens qui vont mal.

1.Marcher la tête basse

Un concept de base: surtout ne pas lever les yeux quand tu marches dans la rue. C’est très important car tu ne veux surtout pas que ton regard croise quelque chose qui puisse te faire penser, même l’espace d’un instant, que la vie peut être autre chose qu’en enfer.

Garde toujours la tête enfoncée dans les épaules, la nuque à angle droit, avec un peu d’entraînement tu pourras même voûter le dos, courber l’échine comme on dit. Superbe position pour bloquer ton corps en mode dépression. Le regard lui ne quitte pas le trottoir, tes chaussures, éventuellement celles de la personne qui marche devant toi, et encore, pas trop, pour peu qu’elles soient sympa cela pourrait te mettre du baume au cœur et de donner des idées shopping. Ne regarde rien, juste tes pieds, le trottoir sale et gris, et bloque bien ta respiration en restant crispée, c’est important.

2.Prendre pour acquis l’essentiel

Là aussi il s’agit d’un concept de base: surtout ne pas apprécier les choses de ta vie qui font de toi une personne regroupant à priori les conditions nécessaires pour pouvoir aller de l’avant et être heureuse, parce que tu mérites toutes ces choses donc il n’y a pas de questions à se poser. C’est acquis, gravé dans le marbre, rien de changera jamais.

Considère que le fait d’avoir un toit, manger, avoir accès aux soins, à la liberté de sortir de chez toi, à la sécurité, à l’enseignement illimité grâce aux écoles, aux livres et à Internet, pouvoir te vêtir, boire un café, ouvrir une fenêtre pour sentir le soleil ou la brise sur ton visage, respirer, boire de l’eau potable en ouvrant ton robinet, avoir le choix d’être heureuse ou malheureuse sont des détails qui n’ont aucune importance.

La personne qui partage ta vie n’a également aucune importance, tout comme ta famille et tes éventuels amis, ils seront toujours là, nul besoin de se soucier d’eux, c’est du solide, l’amour et l’affection sont des choses qui ne s’entretiennent pas, une fois qu’on les a, c’est acquis pour toute la vie. En plus tu peux drainer leur propre énergie pour la gaspiller à nourrir tes idées sombres, parce que ta cause est juste: créer un enfer, cela demande de l’engagement.

3.Ne pas avoir de jardin secret

Il est primordiale que tu ressentes au plus profond de toi que tu appartiens à la masse générale, et que tu refuses en bloc d’avoir ta propre personnalité. Evidemment, hors de question d’avoir des moments rien qu’à toi lors desquels tu pourrais développer une compétence ou un don en particulier, c’est n’importe quoi.

Quoi de mieux pour avoir une vie triste et dénuée de sens que de suivre le groupe, d’être un mouton et de ne surtout pas avoir d’opinion ni d’estime de soi et de sa propre valeur. Avoir de la personnalité, c’est sortir du rang, et c’est là que les ennuis commencent. A force de toujours vouloir devenir soi-même, on en oublie l’essentiel: nous ne sommes personne, il faut suivre les règles et arrêter de penser ou de vouloir devenir quelqu’un.

Le plus sûr reste l’anesthésie cérébrale: penser comme tout le monde, voir les choses comme tout le monde, lire les mêmes ouvrages que tout le monde, aimer les mêmes choses que tout le monde, rejoindre une pensée universelle bien cadrée entre les plots. Un monde uniforme, sans vague, sans audace, sans joie mais surtout: qui ne te ressemble pas, parce qu’on s’en fou. Là, on est bien.

4.Ne pas faire ce que tu aimes

Dans la lignée du principe précédent, il est essentiel de refuser toute activité qui te procurerait un moment de bonheur, de joie ou de détente. Parce que c’est quand même dingue, si tu te mets à faire des choses que tu aimes, tu pourrais avoir envie de devenir heureuse et de profiter de la vie.

Mais la vie n’est pas faite pour qu’on en profite, elle n’est faite que pour enchaîner les journées qui se ressemblent et ne surtout pas en éprouver une quelconque satisfaction. Donc si tu aimes écrire, jette tes carnets et tes stylos, si tu aimes cuisiner astreins-toi à ne manger que des plats préparés à réchauffer au micro-onde et bien sûr si tu aimes le soleil et respirer de l’air frais, équipe toi vite de planches de bois pour me fermer ces fenêtres une fois pour toute, barricade-toi et éteins les lumières pour vivre dans l’obscurité, qui envahira ton corps et ton âme encore plus vite.

5.Garder un travail alimentaire

Tellement élémentaire, j’ai même hésité à citer ce point. Etant donné que nous passons le plus clair de notre temps et de nos journées sur notre lieu de travail, il est évident qu’il ne s’agit pas de faire quelque chose que tu aimes.

Je te félicite si tu as déjà choisi de continuer à aller chaque matin, 5 jour par semaine, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, travailler dans un endroit qui ne t’inspire rien. J’espère que la cause de ton entreprise te passe par-dessus de la tête, que ton bureau est sans âme, que ton boss se fou comme de l’an 40 de ses employés, que tes collègues te sortent par les yeux car vous n’avez rien en commun.

Si tu as de la chance, ces mêmes collègues te harcèlent, te traitent comme une moins que rien ou passent leur temps à faire des blagues graveleuses auxquelles tu te sens obligée de rire pour avoir la paix, et surtout, ton travail t’ennuie profondément, voir t’épuise psychologiquement. Bravo! Tu as choisi l’environnement idéal pour te mener droit en enfer, ne rien apprendre, devenir personne et passer à côté de ta vie.

6.Ne pas prendre soin de ton corps

Je te suggère de trier minutieusement ta garde robe pour ne garder que les pièces sombres, moches, détendues, délavées, usées jusqu’à l’os. Tu peux jeter le maquillage et les pinces à cheveux, sauf celle qui est cassée et qui ne tient plus que vaguement, celle-là est parfaite pour te donner mauvaise mine.

Utilise un maximum de produits bourrés d’additifs et d’ingrédients à la provenance controversée. Mange mal, gras, trop sucré, trop salé. Préfère l’ascenseur aux escaliers, ne marche jamais plus que nécessaire, oublies-toi complètement, jusqu’à devoir retirer les miroirs de chez toi tellement tu ne peux plus te saquer.

7.Jouer à « Seule au monde »

Inutile de te dire que la solitude est ta meilleure amie. Je trouve que Tom Hanks dans « seul au monde » a enfreint une règle fondamentale avec son ballon devenu son meilleur ami: il a essayé de créer un lien, coûte que coûte. Mais non enfin! Nous ne sommes pas du tout une espèce ayant besoin de communiquer et d’échanger! Les besoins d’amour, de tendresse et d’appartenance à un groupe sont des mythes, on est tellement mieux toute seule à se torturer minutieusement dans note coin!

Les gens, c’est le mal. De toute façon, tout le monde est nul, méchant et personne ne te comprend. Finalement, tu avais déjà raison lors de ta crise d’adolescence. Surtout ne tente rien pour rompre l’isolement, tu pourrais trouver des gens sympas, et les gens sympas, c’est louche.

8.Ne pas prendre soin de ton environnement de vie

Saleté, crasse et meubles cassés sont de formidables outils pour créer ton enfer! En plus, avec un peu de patience, ils font le travail tout seul. Si tu ne ranges jamais rien, que tu arrêtes de faire la vaisselle et que tu entasses les sacs poubelle sans jamais les sortir, à toi l’environnement lugubre tant rêvé!

Point de vue décoration, préfère les tableaux sombres représentant des scènes macabres, inutile d’investir dans des fleurs ou de vouloir te créer un petit endroit cosy dans lequel tu te sentes bien, de toute façon tu ne lis pas et tu ne fais rien qui puisse te rendre heureuse, donc tu n’as pas besoin d’avoir un intérieur chaleureux dans lequel il fait bon vivre et recevoir famille et amis (dont on se tape), ou juste te sentir bien après ta journée de travail inutile et ennuyeuse.

Je te rappelle qu’on n’est pas là pour être bien, faut pas déconner.

9.Collectionner les objets plutôt que les souvenirs

Vouer un culte à la surconsommation est également fantastique. Je te suggère de réserver au moins la moitié de ton budget mensuel à l’achat de choses dont tu n’as absolument pas besoin, et qui pourront, petit à petit, à force d’efforts et d’argent durement gagné dépensé n’importe comment, faire de ton quotidien un véritable enfer.

Reste cependant méticuleuse dans le choix des objets: certaines entreprises veulent nous faire croire que les matières biologiques et biodégradables sont l’avenir, je te mets en garde tout de suite! Le plastique, et en particulier celui qui ne peut pas être recyclé sont de fantastiques partenaires!

Rejoins dès aujourd’hui le clan de ceux qui n’ont que faire de la planète, des continents de plastique à la dérive dans les océans, des enfants entassés dans des bâtiments qui menacent de s’effondrer à tout moment et participe à l’avènement d’un monde pourri où règne le chacun pour soi! Youpi!

Plus tu emmagasineras d’objets, plus tu seras esclave de ton monde matériel, et ça, ça n’a pas de prix.

10.Regarder les informations

Après une belle journée pourrie, dans un travail ennuyeux à mourir, entourée de gens qui n’ont aucun respect pour toi, et ayant perdue toute estime de toi-même, savoure chaque goutte de ton enfer et enfonce encore un peu plus le clou en regardant les informations: guerre, terreur, chômage, pauvreté, rappel des règles pour être une personne lambda sans ambition et qui suive bien le troupeau, vous rependrez bien une petite dose de pessimisme!

Allez au boulot! L’enfer n’attend plus que toi!

(Et si tu préfères construire un Coin de Bonheur, ce que évidemment je ne te conseille pas mais bon, il faut bien en parler aussi, ça fait partie de la vie, il y aura toujours des gens pour te dire que tu peux devenir qui tu veux et être fière de ta vie, heureuse et optimiste…Bah tu peux cliquer là. Mais bon, franchement…Je ne vois pas l’intérêt.)

😉

Image d’illustration Designed by Freepik

Faites circuler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.