Grounding: Résultats de 7 jours de pratique (Journal de bord)


Bonheur / lundi, mars 19th, 2018

Mon expérience du Grounding à Paris: résultats du test de 7 jours de pratique quotidienne

J’ai décidé de tester le Grounding après la découverte d’une vidéo, je t’en parlais ici.

Afin que tu puisses apprécier l’évolution, j’ai tenu un carnet de bord pendant 7 jours consécutifs lors desquels j’ai pratiqué le Grounding ou liaison à la terre au quotidien.

Pour réaliser ce test, j’ai utilisé le bracelet de connexion avec fil torsadé de chez Groundology.

J’ai commandé directement sur leur site, l’envoi est super rapide (3 jours pour recevoir le matériel) et soigné. Je suis très satisfaite de leur produit et je pense en tester d’autres très rapidement. Pour accéder à leur site, tu peux cliquer sur l’image ci-dessous (lien partenaire) :

Groundology - Grounding Technology

De façon à ce que tu puisses apprécier les résultats, voici la liste des symptômes que je visais en priorité. Nous verrons ensemble au fil du test si d’autres résultats non attendus ont fait leur apparition. Si tu as des questions sur la pratique ou que tu veux mon avis sur d’autres symptômes auxquels peut-être je ne pense pas, n’hésite pas à laisser un commentaire, j’y répondrai avec plaisir si je suis en mesure de le faire.

Je parlerai en priorité des effets sur :

  • Stress
  • Sauts d’humeur & humeur générale
  • Insomnie
  • Douleurs lombaires (sciatique, lumbago)
  • Mal de dos (cervicales, nuque, trapèzes)
  • Concentration
  • Fatigue
  • Hypothyroïdie (il se trouve que je dois refaire des tests sanguins, c’est l’occasion de voir)
  • Douleurs menstruelles (Je commence le Grounding 2 jours avant le début de mon cycle)

Jour 1 – Mise en place et premières impressions

J’ai reçu mon bracelet de Grounding aujourd’hui. Après avoir hésité à le brancher (c’est quand même impressionnant de devoir se relier à une prise de courant, je dis ça, je dis rien!), je me décide à franchir le pas.

Les premières secondes sont un peu bizarres. Je ne saurai pas dire s’il s’agit de l’adrénaline ou pas, mais j’ai la tête comme dans du coton. Une sensation de buzz, de vibrations, comme si j’étais passée en mode vibreur. Je me suis reliée à la cheville. Le cordon torsadé est super extensible donc je peux plus ou moins aller où je veux dans l’appartement. Je décide de m’installer à mon bureau pour travailler.

Quand mon homme rentre du boulot, il est un peu inquiet. Outre la surprise de me voir reliée à la prise du couloir par le pied, il se demande si l’opération est bien sécurisée. Que se passerait-il par exemple si une décharge était envoyée dans la terre justement…Remonterait-elle jusqu’à moi ? Sur la notice, un système de sécurité est mentionné, mais je n’en sais pas plus.

Mon homme n’y croit pas, au Grounding. Alors il est le parfait cobaye. Du coup à l’heure du dîner, j’arrive à le convaincre de se relier. Pour la première fois depuis plusieurs années, il fini de manger après moi, calmement. Je relève, mais ne dis rien.

Je passe ma soirée reliée à la terre en travaillant sur mon PC portable. Je me sens bien, les sensations de buzz sont passées. Je ressens une sorte de légèreté. Placebo ? A ce stade, difficile à dire.

Je décide de me relier pour la nuit, toujours par la cheville. Verdict demain matin.

Jour 2 – Premiers effets constatés du Grounding

La nuit s’est bien passée. Le cordon a tenu bon malgré la distance entre le lit et la seule prise disponible à l’autre bout de la chambre.

Voilà le deal. D’habitude mes réveils sont millimétrés dans le sens où après une nuit de sommeil et des muscles refroidis, je dois faire super attention au moindre de mes mouvements si je ne veux pas me bloquer le dos. Je procède donc comme d’habitude en étirant mes muscles un par un. Pour la première fois depuis très longtemps, je constate que je peux me permettre des mouvements sensiblement plus amples au niveau des étirements du bassin et des lombaires. Je me lève sans difficulté. Dois-je l’admettre ? Oui, je crois que je me lève plus facilement que d’habitude physiquement parlant.

J’ai faim. Ça aussi ça n’arrive pas souvent, et en général uniquement quand je suis en vacances à la mer, dans une ambiance repos estival et soleil.

Je prépare donc un petit déjeuner pour deux le temps que mon homme prenne sa douche.

Quand il arrive dans le salon, sa réaction est instantanée :

« Tiens ? Tu as brossé tes cheveux ? 

  • Noooon… »

Et effectivement, je n’avais pas remarqué, mais mes cheveux sont souples et doux: pas d’électricité statique à l’horizon, alors que depuis plusieurs mois (nous sommes en plein hiver) c’est devenu une vraie plaie et pas seulement le matin. Je passe ma main dans mes cheveux, je porte un gilet en laine donc cela devrait suffire à provoquer la Jackson Five attitude : et bah non ! Rien ne se passe.

Passons à l’homme.

J’avais lu sur certains blogs que le Grounding est contagieux. En effet, si on touche quelqu’un en contact peau à peau alors qu’on est soi-même relié à la terre, l’autre personne se retrouve reliée elle aussi. Hier soir, j’ai donc écouté mon homme s’endormir.

D’habitude il ronfle un peu et surtout, il grince des dents. Depuis plusieurs mois c’est devenu un problème, non seulement parce qu’il pourrait vraiment se faire mal je pense vu le bruit que ça fait, et en plus ça me réveille.

J’ai trouvé sa respiration plus fluide et plus profonde. Il respire fort c’est un fait, mais pas de ronflement. J’avais aussi remarqué qu’au moment de l’endormissement il avait tendance à faire des petites apnées de quelques secondes. Hier soir, pas d’apnée. Pas de ronflements. Et pas de grincement de dents non plus. Nous nous sommes donc endormis paisiblement.

Un peu plus tard dans la nuit, nous nous sommes retrouvés chacun de notre côté du lit. Je l’ai tout de suite su car il s’est mis à grincer des dents, et ça m’a réveillé. J’ai tendu ma main vers lui pour reprendre le contact physique, et en quelques minutes les grincements se sont arrêtés. Impressionnant ou heureuse coïncidence ? La suite nous le dira.

Le temps d’écrire ces quelques lignes, je me suis également reliée. J’ai un problème de thyroïde, ce qui fait que j’ai beaucoup de mal à contrôler ma température corporelle. Je suis capable de mettre un pull polaire par 30°C car je me met à grelotter, par exemple.

Le matin, je suis obligée de me couvrir à outrance (2 pulls minimum, quelle que soit la saison, chaussettes, chaussons, écharpe) et ce jusqu’à midi environ, le temps que ma température corporelle se stabilise. Il est 9h, et je viens d’enlever mon écharpe et un pull. J’ai chaud.

Niveau humeur, tout va bien. Je me sens apaisée, enjouée même. On a bien rigolé ce matin avant que l’homme parte travailler, et pour les deux ours matinaux que nous sommes, ça aussi, je décide de le noter.

Cet aspect du Grounding, je vais pouvoir le tester vraiment car, comme tu le sais peut-être si tu lis déjà ce blog, je suis sujette aux mouvements d’humeur.

Il y a encore quelques années, elles étaient quotidiennes : boule au ventre dès le réveil, angoisses récurrentes au fil de la journée, colères, crises de larmes, et ce plusieurs fois par jour.

Aujourd’hui, je ne fais plus de crises de larmes et les angoisses surviennent plutôt le soir au moment du coucher. Il m’arrive encore parfois de me lever avec une boule au ventre. Même si ces symptômes sont bien moins présents qu’avant, ils reviennent quand même à raison de 2 ou 3 fois par semaine.

Si je passe les 7 prochains jours sans ressentir une seule angoisse, je considérerai que le Grounding a effectivement eu des effets positifs dans ces domaines.

Jour 3 – Effets non attendus du Grounding et douleurs menstruelles (1ere partie)

J’ai passé ma journée d’hier à pratiquer le Grounding quasiment tout le temps à part pour aller faire quelques courses pendant 1h environ, j’ai également porté le bracelet toute la nuit dernière à nouveau.

Ce matin je me sens très en forme, je n’ai pas eu de difficulté à me lever malgré la courte nuit (6h de sommeil). Je ne me suis pas réveillée de la nuit, moi qui ai plutôt un sommeil agité d’habitude et je me suis endormie comme un bébé.

En sortant faire mes courses hier après-midi, j’ai remarqué que je me tenais plus droite que d’habitude malgré le froid. Tu sais, on a le reflex de rentrer la tête dans le cou un peu quand il fait froid dehors, et bien là j’ai vraiment vu une différence physiologique évidente. Mes épaules sont complètement relâchées, je n’ai plus de raideur dans la nuque.

J’ai aussi tendance à ressentir une sensation de brûlure dans le haut du dos en fin de journée, entre les omoplates. Cette sensation n’est plus d’actualité.

Concernant les douleurs lombaires, c’est vraiment le jour et le nuit. Ce matin j’ai sauté du lit sans aucun problème, j’ai même pu me pencher en avant pour ramasser quelque chose par terre, sans me faire mal ou ressentir cette petite gène qui te dit « ouh là attention va doucement ! ». Non, rien de tout ça.

Le truc vraiment bizarre, c’est que sur le moment je ne me dis pas consciemment qu’il faut que j’observe comment ça se passe. C’est vraiment comme si je le savais déjà, comme si mon corps le savais et que mon cerveau avait intégré les changements.

J’ai aussi remarqué que mon visage est moins tiré, très clairement. Nous sommes en plein hiver et j’utilise des produits pour ma peau très déshydratée à cette époque de l’année. En appliquant le sérum par exemple, je remarquais toujours ces petites lignes parallèles sur mes joues indiquant la déshydratation, un peu comme un effet peau brûlée.

Les lignes sont en train de s’estomper et ma peau est moins rouge.

Idem pour les jambes : je n’ai pas mis de lait corporel hier ce qui en général annonce une peau de crocodile. Je ne vais pas dire que je suis parfaitement hydratée et qu’il n’y a pas quelques signes de sécheresse, mais très concrètement c’est beaucoup mieux : pas de plaques, pas de démangeaisons, pas de desquamation.

Concernant l’homme et ses ronflements / grincements de dents.

Hier soir il s’est relié à nouveau pendant le dîner puis nous avons regardé un film lors duquel j’étais reliée à la prise, et à lui.

Pas de ronflements ni de grincements de dents la nuit dernière. J’ai aussi très bien dormi, alors peut-être que je ne l’ai pas entendu, c’est une possibilité.

Concernant les douleurs menstruelles.

Je n’ai pas remarquée de différences sur le premier jour du cycle, dans le sens où je suis toujours autant pliée en deux. J’ai dû prendre mes antidouleurs comme d’habitude (paracétamol) quand mes règles sont arrivées en fin de journée. A voir dans les prochains jours.

Jour 4 – Concentration, Pleine Conscience et cycle menstruel (2eme partie)

Comme les jours précédents, j’ai pratiqué le Grounding toute la journée et toute la nuit d’hier.

Je dors super bien, c’est un fait. Je m’endors sans difficulté et je fais des nuits complètes sans me réveiller. Je n’ai pas fait de crise d’angoisse au coucher depuis le début de l’expérience. Par contre j’ai aussi fait une très grosse nuit de 10h cette fois-ci (lié à la fatigue de mon cycle peut-être ?).

Mes douleurs de dos sont (définitivement?) parties.

Le moral est bon, je me sens vraiment bien, j’ai remarqué que je suis plus calme qu’avant, plus sereine. Mes activités coulent de source, je suis plus à même de rester dans le présent et de pratiquer la Pleine Conscience.

Mon temps de concentration maximal a augmenté. Hier j’ai été capable de rester concentrée sur un travail de réflexion pendant 3h consécutives, ce que je ne pouvais pas faire avant le Grounding. J’avais tendance à me disperser au bout de 20 minutes grand maximum, à m’agiter, à avoir du mal à canaliser mes idées. Quand je me suis mise à travailler hier, je n’ai eu aucune difficulté à rester concentrée sur mes tâches, à m’organiser, à canaliser et trier mes idées au fur et à mesure.

Cela semble également affecter ma créativité, car j’ai écrit plusieurs articles pour le blog d’une seule traite.

Concernant les douleurs menstruelles

Je suis au 2eme jour de mon cycle et je n’ai aucune douleur. Je le note parce que ce n’est vraiment JAMAIS le cas. D’habitude, c’est un parcours du combattant me concernant : allongée en position fœtale, au moins 6 antidouleurs par jour (dose maximale), bouillotte et humeur radioactive…

Autant la soirée d’hier a été rude niveau douleur, autant cette journée s’annonce bien, et ça, c’est une vraie victoire pour le Grounding ! Pour la première fois depuis plusieurs années, je ne vais probablement pas prendre d’antidouleur pour faire passer les crampes ni casser d’assiettes (non je rigole…Quoi que! MDR) aussi tôt dans mon cycle.

Des études ont d’ailleurs démontré que le Grounding peut changer la consistance du sang. Une recherche publiée dans le Journal of Alternatives and Complementary Medicine (« Journal des Médecines Alternatives et Complémentaires ») a révélé que deux heures de Grounding augmentent la charge de surface des globules rouges et réduit donc la viscosité du sang et l’agrégation.

Tout le monde a pensé aux effets sur les maladies cardio-vasculaires…Mais les femmes sont aussi directement concernées pendant une grande partie de leur vie! Non mais je te jure…

Blood Viscosity Samples
Échantillon de sang – A gauche avant le Grounding / à droite après 40 minutes de Grounding

 

Jour 5 – Cheveux, cernes et cycle menstruel (3eme partie suite et fin)

J’ai continué le Grounding toute la journée ainsi que la nuit dernière.

Depuis environ un mois, j’avais de grosses difficultés à ma débarrasser d’une crise capillaire : des plaques de pellicules et des démangeaisons. J’avais opté pour un shampoing traitant qui m’aide en général beaucoup lors de ces épisodes, mais cette fois-ci je n’ai pas obtenu les résultats espérés. Ce matin, à ma grande surprise quand j’ai regardé mon cuir chevelu après avoir lavé mes cheveux, les plaques ont disparues ! Un peu comme par enchantement je dois dire…Et lors du brossage, je me suis également rendu compte que je les perd bien moins, alors qu’ils tombaient par poignées depuis 6 mois malgré l’utilisation de produits spécifiques.

J’ai aussi remarqué que mes cernes avaient bien diminués et que je n’ai plus de poches sous les yeux au réveil.

Concernant l’humeur générale, je me sens toujours aussi bien, pas d’angoisse, pas de douleurs, je m’endors vraiment hyper rapidement (moins de 15 minutes je dirais à vue de nez), et monsieur aussi ! Je pense m’équiper du drap de Grounding rapidement, qui sera quand même plus pratique que le bracelet à la cheville.

Concernant les douleurs menstruelles

Alors là je suis carrément bluffée : pas une seule douleur toute la journée d’hier, idem aujourd’hui et d’ailleurs c’est presque terminé ! Moi qui avait l’habitude de subir pendant au moins 6 jours, cette fois-ci le problème aura été réglé (c’est le cas de dire) en seulement 3 jours !

Mon ventre a gonflé pendant les premières heures le premier jour, puis a tout de suite dégonflé le matin du deuxième jour. Pas de sensation de lourdeur ou de boudinement (mes bagues tournent sur mes doigts, d’habitude je gonfle toujours pendant cette période). J’étais également sujette aux caillots de sang extrêmement douloureux à évacuer, cette fois-ci je n’en n’ai pas eu du tout. Je précise que se sont mes cycles naturels, je n’utilise aucun dispositif hormonal de contraception.

Concernant l’homme :

Il m’a avoué que pour le première fois depuis des années, il avait rêvé la nuit dernière. C’est donc qu’il dort à priori plutôt mieux ! Il n’est cependant toujours pas convaincu et me dit que c’est parce qu’il boit moins de café depuis 3 jours. Ce n’est pas vrai, je le sais, lui aussi, nous avons d’ailleurs fini par rire tous les deux devant autant d’esprit de contradiction. Alors je te le dis : le Grounding fonctionne aussi très bien sur les plus sceptiques. MDR

Jour 6 – Transit intestinal et fertilité

J’ai vraiment vu de grosses améliorations sur mon humeur et mon corps. J’ai aussi remarqué une belle amélioration au niveau transit intestinal. En effet je suis sujette aux problèmes de digestion depuis toute petite, j’ai été hospitalisée pendant plusieurs semaines pour déshydratation, je suis donc très sensible des intestins. Je remarque que, malgré mon cycle et une alimentation pas super équilibrée cette semaine, je n’ai pas eu de soucis, donc c’est à noter.

Je voulais aussi partager avec toi quelques informations à propos de la fertilité.

Le Grounding est une méthode naturelle, peu coûteuse, qui se trouve être une solution dont on ne nous parle JAMAIS. J’ai cherché des informations sur la relation entre le Grounding et la fertilité : figure-toi qu’aux Etats-Unis, certains médecins recommandent cette pratique en cas d’infertilité, et qu’il obtiennent des résultats à la fois sur la conception (des femmes tombent enceinte dès le premier cycle incluant la pratique du Grounding) mais aussi sur la dépression postpartum.

Il se trouve que je suis en train de faire un bilan de fertilité et que certains examens ont eu lieu pendant mon expérience du Grounding. Il y a deux ans, j’ai fait un premier bilan de fertilité qui s’est révélé plutôt bof bof. A l’époque, on m’a clairement fait comprendre que sans aide médicale, mes chances de devenir maman étaient plutôt minces. Sauf que cette fois-ci, j’ai plus de follicules qu’avant, dont plusieurs matures. Le médecin qui a pratiqué l’examen m’a dit qu’il ne voyait aucune raison pour laquelle je ne pourrais pas tomber enceinte naturellement. Tu aurais dû voir ma tête…

Est-ce l’effet du Grounding ?

C’est LA bonne question.

Je ne sais pas si le Grounding y est pour quelque chose dans ce revirement de situation et je me garderai bien de digresser sur le sujet, mais la coïncidence est tout de même troublante. En regardant un peu sur Internet, j’ai trouvé des tonnes d’articles contredisant mes résultats, les reléguant au rang d’impossible. Je ne reviens pas sur les effets bénéfiques lors de mon cycle (dont je parle à partir du jour 3 du test), j’ai constaté une très nette amélioration et je suis cette fois convaincue que le Grounding en est la source, les faits sont là.

Jour 7 – Bilan

Me voici donc au dernier jour de ce test du Grounding quotidien pendant 7 jours !

Le bilan est plutôt très bon !

Parmi tous les domaines d’amélioration que je visais avec le Grounding, je suis très satisfaite des résultats. Mon niveau de stress a considérablement baissé, mon humeur est restée stable toute la semaine et je n’ai plus de douleur au dos ni dans les épaules et la nuque.

Je n’ai pas fait une seule angoisse durant tout le test, ni d’insomnie…Sauf une fois : je me suis réveillée au beau milieu de la nuit et je n’arrivai pas à me rendormir. Au bout de 45 minutes je me suis rendue compte que j’avais accidentellement débranché le cordon du bracelet à ma cheville, sans doute ai-je tiré trop fort ou fait un nœud avec mes pieds. J’ai rebranché, et je me suis rendormie. Voilà, voilà…

Mon homme continue à apprécier les effets même s’il n’est toujours pas convaincu que cela soit lié au Grounding ! Il ne grince plus des dents, il dort et il m’a encore dit ce matin qu’il rêve pendant son sommeil.

Concernant le dosage pour ma thyroïde, pas de changement pour le moment, je ne manquerai pas de te tenir au courant au prochain contrôle dans quelques mois.

Je vais continuer le Grounding, c’est une pratique définitivement adoptée pour moi, pour rien au monde je n’arrêterai ! Je vais probablement m’équiper d’autres produits comme le tapis ou le drap pour le lit. La raison principale est que le bracelet est certes super et économique au départ, l’investissement n’est pas très conséquent et il peut te suivre partout. Par contre pour une pratique du Grounding plus confortable, les autres produits sont sûrement plus sympas.

Les résultats pouvant être remarqués avec le Grounding seront différents d’une personne à une autre. N’hésites pas à faire tes propres recherches, à poser des questions sur les blogs et les forums, et évidemment à tester par toi-même pour te faire ta propre idée. Comme je l’ai démontré, il ne s’agit en aucun cas d’une approche mystique. Les résultats sont scientifiquement prouvés, tu trouveras bien des études en fouinant un peu et même en étant très sceptique comme moi au départ, on obtient des résultats concrets et visibles.

J’ai testé le Grounding à Paris, donc une grande ville où nous sommes submergés par les ondes en permanence, où je réside depuis presque 5 ans, et de laquelle je ne m’échappe que (trop) rarement. Cela explique sans doute aussi pourquoi j’ai obtenu des résultats vraiment bluffants en peu de temps. D’ailleurs si tu as la chance de vivre dans un environnement plus proche de la terre, à la campagne ou au bord de la mer, et que tu peux entrer en contact avec la nature plus facilement, essaye simplement de te balader pieds nus dehors plus souvent (sur la plage, la terre, dans le jardin, en forêt etc.), c’est une pratique du Grounding à mon avis encore plus efficace, et gratuite!

Le Grounding aurait également des effets sur la récupération pour les sportifs. D’ailleurs certains coureurs du Tour de France utilisent des sacs de couchage de récupération reliés à la terre. Leurs médecins ont constatés une différence notable sur la récupération musculaire et sur l’oxygénation du sang. Je ne suis pas sportive, en tout cas pas assez pour pouvoir témoigner sur ce sujet. Si c’est ton cas, je serai ravie de publier ton témoignage en commentaire !

Je te laisse sur cette belle découverte, n’hésite pas à me poser des questions en commentaire ou par email j’y répondrai volontiers, et je t’invite à toi aussi tester le Grounding pour juger par toi-même !

Pour t’équiper, je t’invite à te rendre sur le site de mon partenaire Groundology. Ils sont très sérieux et travaillent déjà dans plusieurs pays, c’est une référence pour le matériel de Grounding. Je recommande leurs produits sans aucun problème, ils répondront également à tes questions si tu les contactes via leur site, ils sont très réactifs.

Groundology - Grounding Technology

Faites circuler!

3 réponses à « Grounding: Résultats de 7 jours de pratique (Journal de bord) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.