Kokologie: le jeu de la découverte de soi


Livres / dimanche, avril 15th, 2018

Koko quoi?

Kokologie. Et non, ce n’est pas un mot sorti de nul part ou du chapeau d’un savant fou, il s’agit bien d’une discipline de développement personnel. Du japonais « kokoro » qui signifie « esprit, sentiments » et du grec « logia » pour « étude de », la kokologie est un petit jeu amusant pour partir à la découverte de ta personnalité et de tes émotions.

La kokologie se joue seule ou à plusieurs et consiste à se plonger au cœur de petits scénarios et de répondre à des questions soit par des mots ou par des dessins. De longueur variable, les parties sont très courtes, pas plus de 15 minutes. Réalisés en famille, en couple ou seule, les exercices peuvent être un formidable outil de communication intérieure et extérieure pour apprendre à se connaître en toute simplicité.

Tadahiko Nagao et le Professeur Isamu Saito de l’université de Rissho ont imaginé la kokologie comme une approche ludique du développement personnel. Libérés de tous les termes de psychologie ou de médecine, ces petits tests qui ressemblent beaucoup au fameux Rorschach (les tâches d’encre utilisées par les psys) offrent de vrais moments de détente, de rire, parfois de vraies révélations aussi quand les résultats permettent d’interpréter les sens cachés de nos comportements.

J’ai dévoré le livre de kokologie en l’espace d’un week-end! Un exercice en appelle un autre, les résultats sont parfois tellement bluffants que l’on a envie de passer tout de suite au suivant, parfois l’interprétation est un peu plus mitigée, mais dans l’ensemble on apprend beaucoup de choses sur soi et en plus, c’est marrant.

Un petit aperçu de la kokologie

Voici un des exercices issu du livre kokologie que tu peux retrouver au rayon librairie de la boutique de développement personnel des femmes rebelles: Les Amazones Survivantes.

Pour le réaliser, je t’invite à te poser quelques minutes avec une feuille de papier et un stylo pour pouvoir répondre aux questions. Evidemment pour avoir un réel aperçu des résultats, je te conseille de bien lire la petite histoire et de répondre le plus honnêtement possible aux questions, avant de regarder l’interprétation, sinon l’exercice perd tout son intérêt!

« Dans les profondeurs »

Toute aventure recèle une part de danger. C’est ce qui la rend si excitante et, parfois, irrésistible. Ce frisson, de nombreuses personnes dépensent volontiers de l’argent pour le ressentir, sans les risques physiques qui l’accompagnent. De là vient le succès du saut en chute libre ou de certaines attractions foraines comme les maisons hantées. Le goût du risque est en chacun de nous. Il peut d’ailleurs exercer une fascination si puissante que certains n’hésitent pas à mettre leur vie en jeu pour affronter un mystère ou explorer un nouveau monde.

Lorsque, dans un film d’horreur, le héro s’apprête, par mégarde, à franchir le seuil d’une pièce plongée dans le noir, les spectateurs ont souvent envie de lui crier: « Non! N’y va pas! Es-tu tombé sur la tête? »

Mais que feriez-vous si le héro, c’était vous?

Notre prochain scénario va nous entraîner dans ce monde obscur, où s’estompe la frontière entre le simple frisson et la véritable terreur.

  1. Vous vous trouvez dans un vieux bâtiment où, depuis des années, aucun être humain n’a mis les pieds. Ayant découvert un escalier qui mène au sous-sol, vous décidez de l’emprunter. Vous descendez lentement en comptant chaque marche. Une…Deux…Trois…Combien y a-t-il de marches jusqu’en bas de l’escalier?
  2. En bas, l’obscurité est totale. Soudain vous entendez un bruit. Il y a quelqu’un. Cette personne pleure-t-elle doucement? S’agit-il d’une plainte diffuse? Ou est-ce une voix qui s’adresse à vous?
  3. Quelle est votre réaction? Essayez-vous plutôt d’en trouver l’origine? Remontez-vous plutôt l’escalier en courant sans demander votre reste? Ou la terreur vous cloue-t-elle sur place?
  4. Vous entendez maintenant qu’on vous appelle par votre prénom du haut de l’escalier. Une silhouette se profile dans la lumière? Qui est cette personne qui descend vers vous?

Interprétation

« Les maisons abandonnées et les pièces souterraines sont hautement symboliques de souvenirs enfouis et d’anciennes cicatrices psychologiques. Nous avons tous, un jour ou l’autre, vécu une expérience dont nous préférerions ne pas nous souvenir, ou eu un chagrin que nous pensions avoir oublié.

Mais on ne bannit pas si facilement un événement de sa mémoire, et ce que nous espérions oublier demeure en nous plus longtemps que nous ne voudrions l’admettre. Vos réponses à cette situation mettent en lumière la façon dont vous gérez les souvenirs douloureux de votre passé.

1.Le nombre de marches pour atteindre le bas de l’escalier indique l’impact que produisent sur vous ces cicatrices psychologiques.

Peu de marches? Le passé ne vous fait pas beaucoup souffrir. En revanche, si vous avez décrit un escalier qui s’enfonce loin sous terre, c’est que vos blessures intérieures sont proportionnellement aussi profondes.

2. Les bruits entendus dans les ténèbres révèlent la manière dont vous avez surmonté les mauvaises expériences passées.

Si vous avez dit qu’il s’agissait de pleurs, vous avez dû recevoir aide et consolation quand vous aviez de la peine; ce soutien vous a permis de vous en sortir. […]

Si vous avez dit qu’il s’agissait d’une plainte diffuse, c’est que vous n’avez reçu dans le passé aucune aide extérieure quand vous alliez mal. La plainte que vous entendez dans le noir symbolise votre propre douleur enfouie. […]

Si vous avez entendu qu’une voix vous parlait, c’est que vous refusez de considérer vos vieilles cicatrices comme des blessures. Elles sont à vos yeux des marques de bravoure. […]

3. Votre réaction aux bruits montre comment vous gérez les épisodes douloureux de votre passé.

Si vous êtes parti en quête de l’origine du bruit, il est vraisemblable que vous adoptez la même attitude responsable dans la vie. En prenant le taureau par les cornes, vous ne pourrez que trouver la solution à vos problèmes.

Si vous avez remonté l’escalier en vitesse, c’est que vous avez l’habitude de faire l’autruche: en ignorant les difficultés, vous espérez qu’elles disparaîtront. […]

Si vous êtes tétanisé sur place, cela signifie peut-être que, n’ayant pas été résolus dans le passé, certains conflits continuent de vous hanter aujourd’hui, vous empêchant d’aller de l’avant.

4. La personne qui se tenait en haut de l’escalier et vous appelait par votre prénom est quelqu’un sur qui vous pensez pouvoir compter en cas de coup dur. C’est elle qui, à vos yeux, vous réconfortera et vous aidera à guérir de vos blessures intérieures. »

J’espère que ce petit aperçu t’a convaincue de toi aussi te mettre à la kokologie! Dis-moi en commentaire si cet exercice s’est révélé juste! Et pour en apprendre encore plus sur toi, n’hésite pas à te procurer le livre!

Faites circuler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.