Comment sortir de la spirale infernale des idées noires grâce à la Méthode Coué


Méthodes / samedi, mars 24th, 2018

Méthode Coué : la base oubliée de toutes les méthodes de développement personnel

Je ne me suis pas amusée à compter le nombre de méthodes de développement personnel que j’ai testées, et celles que je teste encore aujourd’hui, par contre il y en a une dont les principes sont toujours présents, c’est la méthode Coué. Afin d’en apprendre plus sur les rouages de cette méthode, j’ai suivie une formation de Luc Teyssier d’Orfeuil.

Dans un article sur la dépression que tu trouveras ici, je te parlais du fait de changer de point de vue sur ta situation avant même d’envisager toute notion d’objectif. La méthode Coué peut vraiment t’aider à faire un premier pas sur ce chemin.

A la base de toutes les autres méthodes de développement personnel, programmation neurolinguistique (PNL) comprise, on retrouve les principes phares de la méthode Coué.

Mais quel est donc cette méthode qui a su traverser le monde entier, et qui est longtemps resté boudée en France ? Découvrons ensemble la méthode Coué.

« Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. »

Simple, basique. Et pourtant tellement ignoré ! Pauvre Émile…

Émile Coué était pharmacien et il est le premier à avoir eu l’idée de tester l’effet placebo sur sa clientèle. Il a exercé juste après la Première Guerre Mondiale, en particulier auprès des soldats revenus du front, et il a obtenu des résultats vraiment surprenants.

Malheureusement, sa méthode est restée longtemps boudée en France car dès qu’il a eu quitté ce monde, les médecins se sont empressés de faire interdire les écoles enseignant la méthode Coué dans le pays, en la discréditant. Pourtant, partout ailleurs dans le monde, ses principes sont encore aujourd’hui reconnus, appliqués et enseignés : la maîtrise de Soi par l’autosuggestion consciente.

« Toute pensée que nous avons en tête devient réalité, dans la limite du raisonnable. »

Nous utilisons les mêmes zones du cerveau pour deux sortes de comportements : imaginer que nous réalisons une action (manger un gâteau par exemple) et réaliser cette même action (toujours manger le gâteau, mais en vrai).

C’est pourquoi l’idée même d’un bon gros gâteau au chocolat, cœur fondant, petite crème anglaise et bord croustillant caramélisé dans ta bouche, te fait saliver au moment où tu lis ces lignes, alors que tu n’es pas en train de manger ce gâteau.

Ce principe de fonctionnement de notre cerveau peut être utilisé à bon escient, et c’est alors que nous parlons d’autosuggestion.

Nous pratiquons tous l’autosuggestion enseigné par la méthode Coué sans même nous en rendre compte. Malheureusement nous l’utilisons souvent avec une tendance négative, et cela est un problème car « toute pensée que nous avons en tête a tendance à se transformer en acte et à devenir une réalité pour nous. »

Si nous nous répétons en boucle que nous allons mal, que nous ne sommes pas capable de faire quelque chose, que le lundi est une journée pourrie ou que nous n’arriverons jamais à rien, nous entretenons notre imagination autour de ces pensées, qui vont alors activer certaines zones de notre cerveau, et par la même activer les comportements associés à cette même pensée, puisque imagination et action utilisent les mêmes chemins neurologiques.

« Contrairement à ce que l’on nous enseigne, ce n’est pas notre volonté qui nous fait agir, mais notre imagination. »

La bataille entre l’imagination et la volonté, c’est en fait la bataille entre le conscient et l’inconscient. Exemple concret : as-tu déjà essayé de t’endormir un soir d’insomnie en te répétant pendant des heures (volonté) qu’il faut absolument dormir ? Probablement, nous avons toutes déjà expérimenté cette situation. Et bien la prochaine fois, essaye plutôt de t’imaginer en train de dormir paisiblement dans ton lit. Le fait d’imaginer que tu es en train de dormir paisiblement activera les zones de ton cerveau et provoquera plus facilement l’endormissement.

Nous avons la capacité de conduire notre imagination à notre guise. Quand on élabore des scénarios catastrophe, que les idées noires tournent en boucle, notre corps fait exactement ce qu’on lui demande : il nous fait ressentir du malaise, le fameux nœud à l’estomac et nous entretenons notre mal-être. En revanche, plus nous nourrissons notre esprit de pensées positives, plus nous allons progressivement mettre en place des comportements et des ressentis positifs.

Les 5 lois de la méthode Coué

la méthode Coué repose sur plusieurs lois, dont 5 principales que voici :

  1. La première faculté de l’homme est son imagination

  2. Quand il y a combat entre volonté et imagination, c’est toujours l’imagination qui l’emporte

  3. Quand il y a combat entre imagination et volonté, la force de l’imagination est proportionnelle au carré de la volonté

  4. Si la volonté et l’imagination vont dans la même direction, elles ne font pas que s’additionner, elles se multiplient

  5. L’imagination peut être conduite

Principe de l’autosuggestion

L’autosuggestion consiste à s’implanter une pensée en soi-même, par soi-même. Pour que la pratique soit vraiment efficace, il est nécessaire de se mettre au préalable dans un état serein et détendu. La respiration, la méditation, ou la pratique de la Pleine Conscience sont autant de méthodes qui s’allient parfaitement à la méthode Coué, en renforçant son efficacité.

Il y a trois grandes manières de pratiquer l’autosuggestion consciente.

L’autosuggestion par le corps

Nous pouvons faire naître des états et des émotions avec notre corps. Se replier sur soi, se voûter ou marcher en traînant les pieds est une façon d’exprimer par le corps l’accablement ou le manque d’énergie. Alors que sauter en l’air, faire un geste de « gagne », de victoire ou tout simplement sourire transmettra à votre cerveau une énergie positive par l’intermédiaire de votre corps, et provoquera d’autres sensations corporelles liées au plaisir, qui engendreront elle-même d’autres pensées positives.

Envie de faire le test ? Prends un stylo et place-le entre tes dents de façon à afficher un large sourire façon pub pour dentifrice. Il s’agit certes d’un sourire forcé, mais le résultat sera quand même là. Si tu restes quelques minutes avec le stylo entre les dents, tu devrais déjà sentir ton mal-être se dissiper et ton stress s’évacuer (sans compter que tu vas peut-être te mettre à rire toute seule).

L’autosuggestion par la visualisation

Cette partie de la méthode Coué est, à mon avis, celle qui a été la plus reprise dans les autres méthodes de développement personnel. Tableau de visualisation, PNL, sophrologie…Tout le monde a adopté le principe.

Pour pratiquer la visualisation, tu peux te construire une image agréable en y incluant l’utilisation de tes 5 sens (ce que tu vois, entends, touche, sens et goûte dans ton image), l’image peut être fixe ou en mouvement à la façon d’un film.

Les sportifs de haut niveau utilisent beaucoup cette deuxième méthode pour visualiser leur performance avant de se lancer.

La PNL utilise également ce concept, avec le système des ancres par exemple (pouvoir « rappeler » une image à volonté pour provoquer une sensation ou une attitude).

L’autosuggestion par les mots

« Nos mots peuvent devenir nos maux »

Certaines expressions devraient être interdites, ainsi que certains verbes d’ailleurs.

A force de répéter des phrases toutes faites à tendance négative, on devient précisément ce que nous évoquons.

Pour pratiquer cet aspect de la méthode Coué, tu peux commencer par remplacer certains verbes. Au lieu de dire « je vais essayer », dis plutôt « je vais faire », au lieu de dire à ton enfant « ne renverse pas ton assiette », dis lui plutôt « tient ton assiette droite ». Essaye de repérer dans ton langage les tournures négatives et de les remplacer par quelque chose de positif.

Attention cependant, pas question de tomber dans le syndrome des lunettes roses, dans le « je vais bien, tout va bien » complètement ridicule. Si une phrase négative du type « je ne peux pas faire ça » t’échappe, tu peux simplement ajouter « pas encore » à la fin de ta phrase, cela atténuera les effets négatifs sur ton cerveau, et te placera dans une démarche positive.

Ne jamais oublier la grande devise de la méthode Coué : « Toute pensée que nous avons en tête devient réalité, dans la limite du raisonnable. »

Construire ses autosuggestions selon la méthode Coué

Pour construire une autosuggestion, il est nécessaire de se projeter dans un imaginaire positif, et de ne pas utiliser de tournures négatives qui sont totalement ignorées par le cerveau.

Si par exemple tu essayes de t’endormir et que tu te répètes en boucle « je ne veux pas faire d’insomnie », la seule chose que ton cerveau va retenir, c’est « Je veux faire insomnie ». Un peu bebête quoi.

Donc prends-le à son propre jeu et donne lui du positif, sans volonté (donc en remplaçant « je veux » par « je vais ») :

« je vais dormir paisiblement jusqu’à demain matin ».

Il est également plus efficace d’être précis.

Tu peux utiliser la fameuse méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable, Temporel) ou plus simplement répondre au QQOQC : Qui, Quoi, Où, Quand, Comment.

Ainsi, ton autosuggestion de classe internationale pour dormir donnera :

« Je vais dormir dans mon lit cette nuit paisiblement jusqu’à 8h demain matin. » Et bim. Gros dodo.

Tu peux aussi bannir les tournures conditionnelles du type : je vais réussir à faire ça SI je fais ci, et remplacer SI par ET : je vais faire ci et je vais y arriver à faire ça.

Pratique de la méthode Coué

Emile Coué proposait de répéter 20 fois nos autosuggestions, matin et soir.

La méthode Coué se pratique idéalement le matin au réveil ou le soir au moment de dormir, car se sont les deux grands moments de la journée lors desquels nous ne sommes pas vraiment dans une démarche volontaire. Tu peux aussi pratiquer sous la douche, pendant ta séance de sport ou dans les transports.

Le fait de compter les 20 répétitions peut être problématique car nous basculons alors sensiblement dans un mode volontaire. Pour y remédier, tu peux utiliser la cordelette à 20 nœuds inventée par Émile Coué, ou encore préférer pratiquer sur une durée limitée, faire tes répétitions pendant une minute par exemple.

Tu peux aussi pratiquer par écrit en numérotant les lignes au préalable.

Pour trouver des idées d’autosuggestion, je te conseille de visiter le site autosuggestion.com. Ils proposent des autosuggestions pour la confiance en soi, la gestion de la douleur et du stress ou encore travailler sur sa communication personnelle. C’est un site vraiment super intéressant et bourré d’informations, à visiter absolument.

Applications de la méthode Coué

Que ce soit à titre professionnel, personnel, dans l’éducation des enfants, travailler sur une phobie, agir sur un problème de santé ou dans la pratique sportive, la méthode Coué peut être facilement intégrée à notre quotidien.

Quoi qu’il en soit, donne-toi le temps d’obtenir des résultats tangibles en pratiquant quotidiennement et en choisissant tes objectifs avec soin.

N’oublie pas le principe : « …dans la limite du raisonnable », il est donc préférable de viser peut-être un peu moins loin dans un premier temps, mais de viser juste.

Le fait d’atteindre des petits objectifs les uns après les autres sera beaucoup plus motivant que de s’atteler tout de suite au mont Everest. N’hésites pas à te créer un programme personnel, en visant par exemple un objectif par semaine, quelque chose qui fait sens, que tu peux réaliser, et qui te conduira logiquement à la prochaine étape sur la route de ton Coin de Bonheur.

Faites circuler!

Une réponse à « Comment sortir de la spirale infernale des idées noires grâce à la Méthode Coué »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.