Une gros problème nécessite-t-il une grosse solution?


Emotions / mercredi, avril 11th, 2018

Il est gros, mon problème, il est gros!

J’ai un gros problème. Je ne sais pas comment m’en sortir tellement il est gros. Il est devenu incontrôlable, mon problème, il fait sa loi et il dirige ma vie, et moi, je ne sais plus comment faire pour reprendre le contrôle.

Parce que bon, il est tellement gros qu’il lui faudrait une solution au moins de taille équivalente, tu vois! C’est évident! Pour résoudre un gros problème, il faut une grosses solution, parce que c’est forcément compliqué et difficile.

Pourtant parfois, un gros problème, c’est bête comme ses pieds. Il a beau être imposant et prendre de la place, il suffit de lui jeter quelques friandises pour en faire ce qu’on veut et le calmer. Parce que en fait, peu importe la grosseur du problème. Non seulement tu peux toujours trouver une solution, mais en plus c’est souvent beaucoup plus facile qu’on ne le pense.

A chaque problème sa solution

Rappelle-toi quand tu étais petite, te mettre debout puis apprendre à marcher te semblait probablement insurmontable. Mais à force d’essayer, tu as fini par te lancer, par lâcher le bord de la chaise ou de ton parc, et par traverser le salon d’une seule traite sous le regard ébahie de tes proches…Qui se voyaient peut-être déjà devoir cacher les clés de placard et procéder à un inventaire et repositionnement stratégique en hauteur de tout ce qui pouvait à présent être à ta portée…

En un sens, le fait que tu commences à marcher était aussi devenu un gros problème, mais ils ont su trouver des solutions, et toi tu as pu courir. Ensuite tu as appris à écrire, à lire, à compter, et sur le moment c’était aussi un gros problème à résoudre, mais tu as su trouver des solutions. Tu as grandi, faits des rencontres plus ou moins sympa, chaque relation a apporté son lot de problèmes, et tu as trouvé des solutions.

Idem pour tes études et ta vie professionnelle, tu as faits des expériences, trouvé des solutions aux problèmes, pas toujours les tiens d’ailleurs, mais tu as forcément à un moment donné contribué à trouver comment faire: qu’il s’agissent de déplacer un carton, réorganiser des placards, gérer un projet ou monter ta propre boîte, les faits sont là, tu as toujours fini par trouver des solutions.

Solution et réussite

Les solutions ne sont pas toujours synonyme de réussite. On peut trouver des solutions pour se sortir d’une situation complexe, pour sauver sa peau et leur mise en place ne veut pas forcément dire s’éclater et passer un bon moment. Parfois, il s’agit de passer par des trous de souris, des petites portes qu’on n’a pas envie d’emprunter, mais qui sont, malgré tout, des solutions à nos problèmes, et qui ouvrent de nouvelles possibilités, font apparaître de nouveaux problèmes, et de nouvelles solutions.

Alors je te pose la question. Qu’est ce qui te fait penser que cette fois-ci, avec ce gros problème qui te pourri la vie, comme la dépression, l’anxiété, le manque de confiance en toi ou la peur de l’abandon, tu ne vas pas trouver une solution? Il peut en effet s’agir d’un gros problème qui prends beaucoup de place, mais ne te laisse pas distraire par sa forme imposante, ça se trouve, il est complètement idiot, ton gros problème.

En fait, c’est souvent le cas. Le gros problème nous impressionne parce qu’il est gros, un peu comme le beau gosse au collège ou au lycée qu’on n’a jamais osé approcher parce qu’on était un peu trop impressionnée par l’aura qui l’entourait. Finalement, en le recroisant quelques années plus tard, on s’aperçoit que c’est un pauv’ type sans âme et tellement bête, un mythe s’effondre. Si nous avions pris le temps de mieux le connaître et de discuter à l’époque où son aura le propulsait aux sommets, on aurait sans doute gagné du temps, et du discernement.

C’est pareil avec ton gros problème: si tu prends ton courage à deux mains pour aller discuter avec lui, tu vas probablement te rendre compte qu’il n’est finalement pas très futé et que le plus à même de gérer la situation, c’est toi. Tu peux même l’attendrir en comprenant comment il fonctionne et lui proposer une autre méthode de fonctionnement. Au départ, il va sûrement brailler un peu parce que tu viens l’embêter, même te hurler dessus pour tenter de te faire peur, mais si tu restes droite dans tes baskets, il finira par t’écouter, et tu auras gagné un animal de compagnie docile.

Et concrètement, un problème ne peut pas te blesser physiquement. C’est un problème. Du vent, impalpable. On sent sa présence à travers nos émotions, mais finalement il ne peut pas nous faire de mal. Si tu réfléchis bien là tout de suite en lisant ces lignes, que tu observes ce qui se passe autour de toi, tu vas t’apercevoir de quelque chose de magique: il ne se passe rien. Personne ne te fait de mal. Tu es en sécurité.

Apprendre à se connaître

On en revient finalement toujours au même: qu’il s’agisse de confiance en soi, de sortir de la dépression ou de gérer le stress, tout passe par la connaissance de soi. En étant capable de poser un nouveau regard sur sa vie et ses comportements, en faisant preuve de souplesse pour trouver des solutions parfois créatives et changer de point de vue, on finit toujours par s’adapter et par trouver des solutions.

Apprendre à se connaître, contrairement à se que tu pourrais croire, n’est pas si difficile que ça. Le souci c’est que comme ton problème est gros, tu veux absolument que la solution soit complexe et aussi grosse que lui, donc tu te dis que la connaissance de soi est forcément un truc super compliqué, puisque c’est la solution à ton gros problème.

Le truc, c’est que tu as déjà toutes les solutions sous le nez, sauf que tu n’as pas les bons outils pour les utiliser et t’en servir. C’est un peu comme essayer de monter un meuble suédois sans le plan…Tu vois le genre? Alors que si tu as le plan, il te suffit de le suivre, pas à pas, et tu retrouves avec une superbe étagère dans le salon.

Parfois il faut un peu de temps pour comprendre où ils veulent en venir avec les schémas, parfois il faut démonter une planche parce qu’on s’est planté de numéro, mais on finit toujours par monter le meuble, par trouver la solution, et ce n’est jamais si compliqué que ça.

Si tu veux en apprendre plus sur comment gérer tes émotions avec un exercice, tu peux consulter cet article.

Si tu es tentée par une expérience en live avec d’autres propriétaires de monstres tyranniques, prêtent à prendre des cours de dressage, c’est par ici.

Faites circuler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.